Une nouvelle approche de communication en Bolivie

Un diagnostic en communication réalisé au sein des organisations partenaires d’Uniterra a mis en évidence de grandes lacunes au niveau de la communication interne et externe. Valérie Boire, une volontaire en communication sociale, s’est alors inspiré de l’exemple d’une expérience antérieure d’Uniterra au Guatemala pour appuyer tous les partenaires du programme par l’échange d’expériences en communication entre eux et entre tous les pays d’intervention du programme, y compris le Canada. C’est ainsi que la Bolivie a initié quelques initiatives intéressantes qui ont permis d’améliorer les communications des partenaires locaux. 

Le transfert de compétences

Une équipe de communicateurs créée au sein du Réseau OEPAIC (Red de Organizaciones Económicas de Productores Artesanas(os) con Identidad Cultural) a été formée à plusieurs thèmes techniques et à l’utilisation d’outils de communications comme la recherche sur Internet, l’utilisation du courrier électronique, divers programmes informatiques (Word, Photoshop), des techniques d’entrevue, la rédaction et l’édition de bulletins d’information, la conception de base de données et les relations avec les médias de communication. Suite à cette période de formation, la volontaire a accompagné l’équipe pendant un certain temps afin de s’assurer de la réplication et de la mise en pratique des nouvelles compétences acquises. C’est ainsi que l’équipe a réussi à développer divers bulletins et mémos, à réaliser et à diffuser des entrevues à l’interne et à générer des entrevues à la radio et la télévision nationales.

Tout le matériel de communication a été élaboré de manière participative et les artisans et artisanes intéressées ont pu mettre en pratique leurs apprentissages dans les autres organisations de la Red OEPAIC. De plus, la formation en communication a amélioré les compétences en leaderships des artisans et artisanes et un d’entre eux a été nommé membre de la direction de son organisation.

Reconnaissance de la communication orale

Un projet a été développé avec le réseau OEPAIC pour améliorer les communications entre les membres et qui tient compte de l’importance de la communication orale et des différentes langues autochtones utilisés au sein du réseau. Reprenant la tradition andine des « ch’askis », des messagers qui parcourraient la région pour transmettre des nouvelles de village en village, huit communicateurs ont reçu de la formation en techniques d’entrevues et à l’utilisation d’enregistrements numériques. Ces communicateurs sont ensuite allés dans les organisations de la base des régions éloignées pour enregistrer des témoignages sur des thèmes spécifiques et dans la langue de l’interviewé. Ces entrevues ont été traduites dans différents dialectes et partagés par courrier électronique, Facebook ou encore par CD là où il n’y a pas d’accès à l’Internet. Ces bulletins oraux viennent ainsi remplacer de façon efficace les bulletins d’information écrits.

Utilisation de la technologie

Avec l’appui de la volontaire, un site Web a été construit pour servir d’outil de communication et de collaboration en ligne entre les volontaires, les partenaires et le personnel du programme en Bolivie. Grâce à ce site, les informations sur les activités, les expériences et les outils de travail sont partagées et des annonces pour des événements d’intérêt commun sont affichées. Les volontaires peuvent aussi y loger les outils développés pour le bénéfice de tous les partenaires; quant au personnel CECI du bureau de la Bolivie, il peut désormais communiquer plus facilement avec les partenaires et faciliter la dynamique sectorielle. Une banque de ressources multimédia (photos, vidéos et capsules audio) a aussi été développée et mise à la disposition des usagers pour leur réutilisation selon d’autres moyens de diffusion. Enfin, la plateforme choisie pour développer le site est en « code source libre (open source) de WordPress », afin de ne pas employer des technologies qui demandent des investissements élevés mais qui permettent une adaptation facile au cours des années.

 

 

 

 

 

 

Campagnes de sensibilisation

Les partenaires ont fait part de leur besoin de formation en planification et en mise en œuvre de campagnes de sensibilisation sur des thèmes d’intérêt. Pour donner suite à cette demande, la volontaire a réalisé plusieurs activités de formation avec des personnes choisies parmi les partenaires pour leurs compétences, leur engagement et leur motivation.

Cinq des huit partenaires du programme Uniterra ont participé à la formation et ont maintenant des outils pour élaborer et mettre en œuvre des campagnes de sensibilisation sur différents thèmes identifiés par eux, comme la promotion de la propreté de la ville, la culture aymara, le secteur textile national, le commerce équitable et l’utilisation d’engrais biologiques.

Le processus de formation comprenait une série de cinq ateliers théoriques et d’activités pratiques de suivi. Dans chaque atelier, les personnes participantes devaient planifier une étape de sa campagne de sensibilisation et, par la suite, la mettre en œuvre dans son organisation.

Le suivi continu des participants par la volontaire a permis à ces derniers de structurer des objectifs de communication et de sensibilisation et d’assurer l’engagement des membres clés de leurs organisations.

Aujourd’hui, les communications sont devenues une véritable fonction stratégique et transversale pour l’ensemble des organisations partenaires d’Uniterra en Bolivie. Grâce aux nouveaux outils et activités, les relations entre les membres sont plus efficaces; ceux-ci font usage de ressources technologiques modernes, intègrent de nouvelles compétences et en même temps reconnais-sent des forces culturelles comme la communication orale.

 


Collaborateurs & collaboratrices

Régions

Programmes

Enjeux